mardi 5 juillet 2011

Liseuses ebook reader


Jeudi 30 juin 2011 Journée professionnelle "e-book, liseuses et autres supports en bibliothèque" organisée par la BDP47 et ABF (association des bibliothécaires de France) à Nérac.
Merci aussi à ma voisine Sonia de La BDP35 de Rennes qui twittait à côté de moi et qui relaye mon article sur leur site et facebook.

Nous étions une centaine venu de toutes la France pour cette journée d’information.



Un premier rappel sur « la lecture sur écran » par André Tricot, professeur à I U F M de Toulouse et le travail de recherche de ses étudiants que j’avais déjà entendu à la journée professionnelle lors du salon de la jeunesse 2010, nous a bien expliqué les progrès fait en matière de liseuses. Les liseuses sont justement plus lisibles même au soleil, facile d’utilisation et les concepteurs ont compris l’importance des lettres noires sur page blanche et l'on se perd moins dans les textes s'il n'y a pas trop d'Hypertextes qui dispersent un peu trop. Bien sûr les jeunes générations ont l’approche plus aisée que les anciennes qui ont du s’adapter. Les tablettes Ipad, extra-plate et de dimension A4 ont d’ailleurs beaucoup de succès et proposent en même temps que les livres numérisés plus de fonctions, mettre ses livres sur des étagères virtuelles, des livres audio à écouter, allez sur internet mais elles demandent encore des améliorations…
Il a conclu sur la disparition des ordinateurs sur bureau pour les ordinateurs nomades (portable) et même je vous invite à lire. Le sujet fictionnel sur les livres numériques en 2025 des étudiants de DUT information et communication (option "métiers du livre") de La Roche sur Yon.



Une dernière précision, il ne faut pas confondre le support dit liseuse, Bouquineur ou e-reader sur lequel on télécharge les livres electroniques, numérisés, e-book ou encore Livrel et le nom de ces appareils chez sony sony reader, cybook de Booken, samsung, Kindle chez amazon, la fnac ou oyo de France loisirs…
Catherine Marc du service commun de documentation a animé la deuxième intervention pour nous parler de son travail de bibliothécaire sur les livres numérisés depuis 10 ans à l’université de Bordeaux en science et technologie. Un monde à part pour nous en bibliothèque municipale avec des budgets pharaoniques que nécessitent ces services aux 9000 étudiants qui bien qu’au courant des nouvelles technologies demandent quand même des journées de formations pour leur apprendre à bien rechercher sur leur catalogue en ligne dans les locaux ou hors les murs 24h sur 24 et 7j sur 7. Ces livres numérisés amènent un gain de place, de manipulation mais les abonnements aux agrégateurs de plateforme demandent encore des négociations et des ajustements. Un point commun avec les médiathèques apparaît cependant sur la difficulté de faire connaître leurs offres et leurs services surtout aux enseignants et chercheurs qui méconnaissent ses possibilités !!! Les abonnements sont très onéreux et parfois on se heurte au DRM (digital rights mamagement) technologie qui contrôle et restreint le temps d'accés aux données soumises au droit d'auteur ou propriété intellectuelle.



Yoann Bourion, qui travaille à la BM de Mériadeck nous a montré l’offre didacticiel proposée dans leurs locaux et hors les murs pour la vie pratique et l’auto-formation adulte, pour les scolaires et sur le prêt des liseuses grâce à l’ADDNB (association pour le développement des documents numériques en bibliothèque) de la BPI.
Il a développé le choix des diverses plateformes de leur BM, les inconvénients, les différents formats (pdf, epub, wma, mp3) et leurs coûts. Yoann est connu pour sa participation aux bibliothèques hybrides du troisième type si on peut dire et sur la veille de son équipe d'avant garde les Bibliobsédés Web 2 qui nous donne « le nectar du Bouillon » sur le net. Les plateformes les plus utilisées sont Cyberlibris et le groupe Hachette, Numilog avec aussi Plublie.net de François Bon pour les auteurs qui veulent publier en ligne. Et pour les publics empêchés, il existe : Voolume.fr avec des livres audio pour les aveugles ou les grands conducteurs et la bibliothèque d’Hélène et sésame pour des livres lus et du braille. On propose aussi quelques mangas bien adaptés au format des liseuses.



Une BM des Landes a soulevé la question de ces abonnements, voudrait il pas mieux télécharger en payant à la demande, qui au final serait peut-être plus économique??



Et quel impact cela aura t-il sur les métiers des bibliothècaires (voir cet article du salon du livre de Paris)??? Et pour rire un peu et vous redonner le moral je vous conseille de regarder cette vidéo humoristique sur l'avenir du livre.



Le site Eden livres rassemble les éditions Plon, Nathan, Pocket, Gallimard, Presse de la cité, Laffont ..



Information sur Actua Litté: le site Gollancz propose également des livres numérisés Gateway de Science-fiction et de fantastique.

Des librairies donnent également la possibilité de télécharger sur sa liseuse :
epagine,
feedbooks,
immateriel,
bibliosurf et bien sûr
amazon
ou la fnac.



L’après-midi fut consacré au projet de la BDP47 d’achat de liseuses et d’abonnements à 5 autres plateformes: Bibliovox ou cyberlibris, Terraeco pour le développement durable, le Kiosque pour la presse en ligne, Actuel CIDJ pour l’information et la documentation de la jeunesse, les métiers, l’emploi en autres et Planetnemo pour apprendre en s'amusant pour les très jeunes. L’expérimentation de ce projet dans trois médiathèques Boé, Monflanquin et Nérac démarre seulement et il n’est pas facile de solliciter les usagers qui au départ ne sont pas demandeur mais semble t-il ouvert à l’essai et expérimente l’accès à distance. Le personnel a du lui-même expérimenter la lecture sur machine et les fonctionnements pour mieux conseiller les lecteurs.

Mais voilà nous sommes loin derrière les USA et le Canada qui voient l'achat de liseuses explosées chez eux. !!! L'ASTED (association pour le developpement des sciences et des techniques de la documentaion canadienne) et Culture Libre d'Olivier Charbonneau en parlent et proposent des projets pilotes et des formations dommage que le Canada et Montréal soient si loin.



Vous pouvez lire aussi l'article de Frédéric Martel sur le magazine Marianne 742 de cette semaine 9 au 15 juillet 2011 "Faut-il avoir peur du livre numérique?"

En conclusion, je veux mettre ici les arguments pour essayer de convaincre une communse de prendre le risque culturel d’un achat de liseuse.





Faire le choix de cet investissement fait parti de nos missions de présentation ou d’expérimentation d’un support contemporain en milieu rural qui représente un autre moyen de donner le goût de lire en plus des livres papier ou tree books et des magazines.


Une découverte d’auteurs classiques, grâce au téléchargement d’auteurs libres de droit par les plateformes GALLICA de la BNF et EUROPEANA; les annales d’examens ou les approfondissements scolaires seront une aide pour les collégiens ou lycéens qui ne veulent pas encombrer leurs étagères ou leurs cartables.



Un tel achat peut créer une dynamique de la commune et offrir un nouveau service et des pratiques sociales de lecture pour tous: la possibilité d’écouter ou de lire en gros caractères pour les personnes agées. ( voir article sur les seniors et le numèriques)


Une lectrice a témoigné de l’avantage de tenir dans une main sa liseuse super légère et de changer de page avec un doigt ce qui permet aux personnes handicapées d’un bras ou en dialyse de lire pendant les 3 heures d’immobilisation de leurs soins.


Un projet futuriste et osé mais qu'il me plaît de présenter surtout que la BDP47 l'encourage avec une aide de 25/°

Aucun commentaire: